Simon Vouet 1590-1649

Muses Uriana and Calliope, National Gallery of Art

Allegory of prudence

Virgin and Child

Peu d’artistes ont autant compté, dans l’histoire de la peinture française, que Simon Vouet . Dans un pays qui se relevait peu à peu des désastres engendrés par les guerres de religion, c’est à lui que l’on confia le soin de retrouver, face aux splendeurs de Rome et à la gloire d’artistes tels que Rubens, un style proprement national. Or, dans cette mission menée dès l’année 1627, il réussit pleinement. D’emblée, il sut fournir de nombreux modèles pour les ateliers de tapisseries installés à Paris et il s’attaqua aux voûtes des plus grands palais. Autour de lui se forma un atelier considérable, d’où sortirent quelques-unes des personnalités qui allaient s’imposer dans l’art de peindre en France : Le Brun, Mignard et Le Sueur.
Bookmark and Share

5 Réponses to “Simon Vouet 1590-1649”

  1. Ces muses et cette allégorie de la prudence au miroir mériteraient d’être racontées. A moins d’imaginer… surveiller ses arrières?
    L’important, c’est la rose…

  2. Oui je voudrais bien aussi que l’on m’explique où est la prudence dans cette représentation allégorique. Avoir un serpent autour du bras n’est pas très prudent… C’est plus probablement le refus du miroir et de se regarder vieillir qui pourrait peut-être évoquer cette prudence. Chronos, symbolisant le temps qui passe (avec son sablier) est en effet caché en bas à droite. Il existe une autre représentation de la prudence par Simon Vouet à Versailles, toujours avec un serpent au bras….

  3. Juliet Says:

    Wonderful, real, true and respectful! Love it!

  4. Je ne peux pas le cacher ton blog me plait .Wow! Il est riche et m’enrichie

  5. en réalité le serpent est un symbole de prudence dans le sens ou celui-ci est alerte et pret à frapper. Ce tableau explique que l’homme qui utilise sagement le temps qui lui ai alloué sur cette terre n’a pas à craindre la mort. D’où le fait que la mort soit ici représentée « à terre » avec sa faux et le sablier. Quant au miroir il reflète un portrait d’Anne d’Autriche. Comme nous le savons, au temps de la régence le pouvoir était entre ses mains et ce tableau dans un esprit de propagande vise à faire passer le message selon lequel le pouvoir est aux mains d’une femme prudente qui saura en faire usage avec sagesse.

    Voili voilou j’espère avoir éclairé quelque peu la situation autour de ce tableau. Bonne journée à tous et toutes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :