William Etty 1787-1849

Etude de nu féminin vers 1825, musée Bonnat Bayonne.

Femme nue de dos, musée du Louvre

Nous sommes au début de l’ère Victorienne, cette période bénie des Anglais qui voient leur royaume se transformer en Empire. Gardienne de la « civilisation » face aux indigènes aux quatre coins de la planète, la société se veut morale et austère. Dans ce contexte, les nus de William Etty et de son disciple Frost apparaissent comme une provocation, alors que le peintre s’est toujours défendu de ne peindre que des allégories. Pour lui la femme est justement « la plus glorieuse œuvre de Dieu », et il ne prétend pas faire du voyeurisme sur ses modèles car sa technique consistait à faire un « patchwork » des parties du corps de différents modèles.
Bookmark and Share

Une Réponse to “William Etty 1787-1849”

  1. Très beau, le nu de dos, merci. (et merci à Marie-Hélène qui m’a fait revenir ici.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :