Guillaume Seignac 1870-1924

Pierrot’s embrace

Jeune femme denudée sur canapé

A la fin du XIXè siècle, il existe encore une multitude de courants picturaux. Et si la mode est à l’impressionisme, il existe encore d’irréductibles tenants de la peinture académique, dont Guillaume Seignac fait assurément partie. Son maître, William Bouguereau est, à l’instar d’un Cabanel, adulé du monde entier. Egalement appelés « artistes pompiers », ils perpétuent la peinture Ingresque, où le dessin est maître, et les sujets souvent inspirés de l’Antiquité, sont pretextes à peindre des nus délicats.
A l’opposé de cette tradition académique, la peinture naturaliste d’un Courbet montrant des nus peu idéalisés, faisait scandale.

Bookmark and Share

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :