Robert Lefèvre 1755-1830

Vénus qui désarme l’Amour, Château de Fontainebleau

Malgré un talent précoce pour le dessin, le père de Robert Lefèvre
le destine au barreau et le place à Caen, chez un procureur. C’est donc sur les dossiers de procédure qu’il fait ses premiers croquis, qui représentaient, le plus souvent, des plaideurs suppliants ou désespérés, devant leurs avocats ou leurs juges. En 1773, à dix-huit ans, avec quelques économies, il fait le voyage à pied jusqu’à Paris, où il veut admirer les oeuvres des grands maîtres. Il fut l’élève de Jean-Baptiste Regnault. Revenu ensuite à Caen, il abandonne définitivement le droit, pour se consacrer à la peinture, sa passion.
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites

Une Réponse to “Robert Lefèvre 1755-1830”

  1. Toujours absolument fasciné par votre blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :