Jean Baptiste Camille Corot 1796-1875

Diana bathing, Museo Thyssen

« Il y a un seul maître, Corot. Nous ne sommes rien en comparaison, rien » Claude Monet, 1897.

 » Il est toujours le plus grand, il a tout anticipé… » Edgar Degas, 1883
Aujourd’hui, il est assez étonnant de lire l’admiration sans borne que Camille Corot suscita de manière constante auprès de la nouvelle génération de peintres qui prenait son envol alors qu’il terminait son oeuvre.
Il semble en effet étrange que ces artistes aient pu tenir autant en estime le « Père Corot », alors même que Corot prétendait rester étranger aux développements artistiques naissants, et désapprouvait l’action contestatrice de Monet et des « Indépendants ».
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites

Une Réponse to “Jean Baptiste Camille Corot 1796-1875”

  1. Oh, j’adore Corot! Malheureusement, il est souvent éclipsé par d’autres qui sont plus fameux mais parfois moins doué…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :