Archive pour mai, 2008

Jeanne-Philiberte Ledoux 1767-1840

Posted in Jeanne-Philiberte Ledoux 1767-1840 on 30 mai 2008 by Femme Femme Femme

Fillette avec une colombe

A young woman at her toilette

Jeune fille aux yeux levés vers le ciel, Musée Magin Dijon

JEANNE PHILIBERTE LEDOUX.
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites

Marie Geneviève Bouliard 1763-1825

Posted in Marie Geneviève Bouliard 1763-1825 on 30 mai 2008 by Femme Femme Femme

Celui qui ne se lève pas avec le soleil ne jouit pas de la journée.
Miguel de Cervantès .

Adélaîde Binart, épouse Lenoir 1796, Musée Carnavalet-Paris

Aspasia 1794, Musée d’Arras

MARIE GENEVIEVE BOULIARD.
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites

Cecilia Beaux 1855-1942

Posted in Cecilia Beaux 1855-1942 on 30 mai 2008 by Femme Femme Femme

La jeune fille au chat 1893-94, Musée d’Orsay

The dreamer 1894

Eliza Cecilia Beaux est née à Philadelphie en Pennsylvanie, où elle reçut une éducation austère de sa grand-mère maternelle très puritaine. Malgré de nombreuses commandes elle a toujours préféré peindre sa famille et ses amis car cela lui donnait une plus grande liberté pour expérimenter de nouvelles compositions et techniques.
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites

Jacques Stella 1596-1657

Posted in Jacques Stella 1596-1657 on 29 mai 2008 by Femme Femme Femme

Clélie passant le Tibre, Musée du Louvre

The Triumph of Galatea, Getty Museum

Susanna and the Elders, Bowes Museum

JACQUES STELLA.
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites

Ernest Joseph Laurent 1859-1929

Posted in Ernest Joseph Laurent 1859-1929 on 29 mai 2008 by Femme Femme Femme

Sous les banches

Au jardin, Palais des Beaux-Arts Lille

ERNEST JOSEPH LAURENT.
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites

Paul Signac 1863-1935

Posted in Paul Signac 1863-1935 on 29 mai 2008 by Femme Femme Femme

Woman at the well, musée d’Orsay

La femme à l’ombrelle, Berthe Roblès première femme de Signac, musée d’Orsay

Paul Signac décide de devenir peintre à l’âge de 16 ans. En 1883, il se lie d’amitié avec Georges Seurat qui exerce dès lors une grande influence sur le jeune artiste. Il adopte ainsi la technique du pointillisme. En 1886, Signac publie ‘D’ Eugène Delacroix au néo-impressionnisme’, où il pose les bases de cette technique. Le style se développe pour devenir le divisionnisme. Déjà, le futur maître du néo-impressionnisme excelle dans cette technique picturale consistant à appliquer de petites touches de couleurs pures très serrées sur la toile. En 1884, il participe à la fondation de la Société des artistes indépendants et expose aux côtés de Monet, de même que Seurat, Cross, Angrand et Odilon Redon. Mais le peintre ne se limite pas à d’uniques références et s’inspire également du jeune savant Charles Henry auteur d’une ‘Esthétique scientifique’ dans laquelle sont énoncés des principes de complémentarité des teintes. Eprouvant une réelle attirance pour la mer, Signac peint des vues des bords de la Seine, en Bretagne et sur les côtes méditerranéennes. A l’huile, à l’encre de chine ou à l’aquarelle, ses toiles, ses paysages sont calmes, harmonieux, sereins. Il s’installe à Antibes en 1919 et ne se consacre plus qu’à l’aquarelle. Il meurt à l’âge de 72 ans d’une longue maladie en laissant un héritage artistique de taille. En effet, les néo-impressionnistes ont influencé la génération suivante et en particulier Signac qui toucha le futur talent Henri Matisse.
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites

Pierre -Auguste Renoir 1841-1919

Posted in Pierre -Auguste Renoir 1841-1919 on 29 mai 2008 by Femme Femme Femme

Les parapluies vers 1881-85, National Gallery Londres

A chaque époque, de nouvelles définitions de la beauté féminine s’affirment et pourtant la femme reste femme, avec ses attraits et sa séduction.
Pierre-Auguste Renoir peignit le bonheur de vivre des gens et le ravissement que lui inspirait la beauté feminine. Il préfère les femmes bien en chair, aux petits seins et aux lèvres pulpeuses. Ce n’est pas seulement l’expression des désirs les plus intimes du peintre, c’est bien d’avantage la réalité des belles femmes de la beauté de la fin du XIXe siècle. Renoir trace directement la réalité de l’existence des corps, avec leur beauté et leurs formes surprenantes pour les hommes et les femmes du XXIe siècle. Renoir, le peintre qui aimait les femmes, laisse ses émotions s’extérioriser à travers la couleur et sa sensibilité.
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites