Camille Claudel 1864-1943

Jeune fille à la gerbe 1886, terre cuite

L’Implorante ca 1893-1905 bronze

Soeur du célèbre écrivain Paul Claudel, Camille Claudel
est rapidement sûre de sa vocation. Elle s’établit alors à Paris en 1881. Deux années plus tard, elle rencontre Rodin, devient successivement son élève puis sa maîtresse. Relation passionnelle qui se détériore lorsqu’elle comprend qu’elle ne deviendra jamais sa femme, évincée par Rose Beuret. Les deux artistes s’influençaient réciproquement, cependant les oeuvres de Camille Claudel acquièrent paradoxalement un nouveau souffle au moment de cette rupture. Au tournant du siècle, elle s’inspire du japonisme, alors en vogue, pour réaliser d’élégants jeux de courbes à partir de l’onyx, matériau rare. Elle avait déjà exercé son talent sur le plâtre, le bronze et le marbre. Toutefois, la folie guette et la plasticienne sombre peu à peu dans la paranoïa. Elle est alors internée pendant trente ans. Ses chefs-d’ oeuvre les plus représentatifs – ‘L’ Age mûr’, ‘Les Causeuses’, ou encore ‘La Vague’ – sont actuellement regroupés dans l’ancienne maison de Rodin.
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :