Archive pour 16 avril 2008

Lovis Corinth 1858-1925

Posted in Lovis Corinth 1858-1925 on 16 avril 2008 by Femme Femme Femme

Donna Gravida

Persée et Androméde 1900

Nu allongé 1899

Retour de bacchanales 1898

Pour marquer le 150ème anniversaire de Lovis Corinth, le musée d’Orsay à Paris nous propose du 1er avril au 22 juin 2008 une rétrospective pour montrer, faire comprendre et apprécier l’originalité stylistique et thématique de ce grand peintre, représentant de l’impressionnisme allemand qui s’approcha de l’expressionisme. Il s’agira de la première exposition d’envergure jamais réalisée en France sur Lovis Corinth
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites

Jose De La Barra 1956-

Posted in Jose De La Barra 1956- on 16 avril 2008 by Femme Femme Femme

Discrecion

Amigas

Conversando

Jose De La Barra
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites

Théo van Rysselberghe 1862-1926

Posted in Théo van Rysselberghe 1862-1926 on 16 avril 2008 by Femme Femme Femme

Il n’y a pas de femme au monde qui puisse résister aux soins assidus et à toutes les attentions d’un homme qui veut la rendre amoureuse.
Giovanni Casanova .

Jeune fille au tub 1925

Portrait de jeune fille en vert 1892

L’Espagnole 1881

Four bathers

Femme nue couchée 1913, musée d’Orsay


Théo Van Rysselberghe, l’un des principaux représentants du pointillisme en Belgique, apprend la peinture à l’Académie des Beaux-Arts de Gand puis avec Jean-François Portaels, directeur de l’Académie de Bruxelles. Ses premières œuvres trahissent les influences de Manet et Degas. Il expose ses toiles pour la première fois au grand public au Salon de Bruxelles de 1881, où il remporte une bourse qu’il utilise pour voyager en Espagne et au Maroc, sur les pas de Jean-François Portaels dont il admire énormément l’orientalisme. Dans ces pays méditerranéens, il peint des scènes de la vie quotidienne non dénuées d’une touche d’exotisme, toiles qu’il expose en 1883. Il prend goût au voyage. Au cours d’un séjour à Paris en compagnie du poète Emile Verhaeren, il découvre les néo-impressionnistes. Il est frappé par « Le Dimanche d’été à la Grande Jatte », de Seurat, qui ouvre de nouvelles perspectives picturales. Rentré chez lui, il adopte le style pointilliste. Au contraire de ses contemporains, le pointillisme n’est pas pour lui un style de transition. En effet, il restera fidèle pendant vingt ans, de 1890 à 1910, à la touche divisionniste.
AddThis Social Bookmark Button
Add to Technorati Favorites