Jules Joseph Lefebvre 1836-1911

Pandora II

Chloe 1875

Portrait of a women

La fiancée

Mary Magdalene in the cave 1876

A la villa Medicis, Jules Joseph Lefebvre
étudie les grands maîtres italiens. C’est pendant ce temps-là que croît son intérêt pour le nu féminin peignant son premier en 1863. Mais la perte de ses parents et d’une de ses sœurs la même année le conduit à une sévère dépression.
Sorti de ses idées noires, il revient à Paris avec une approche différente de l’art.
Portraitiste reconnu, “la Vérité” lui vaut la consécration du public au salon de 1870.Il est alors nommé Chevalier de la Légion d’Honneur.
S’en suivent d’autres nus : Mary Magdalene (1876), Pandora (1877), Diana (1879), Psyche (1883)… Ses nus deviennent si célèbres que son seul rival est considéré comme étant William Bouguereau lui-même. Mais contrairement à lui, Lefebvre choisit un grand nombre de modèles, comme on peut le remarquer dans son travail.
Il n’est alors pas surprenant qu’il ait exposé 72 portraits aux Salons de Paris entre 1855 et 1898 (la plupart, bien sûr, sont des femmes). Parmi eux, on notera sa sœur Yvonne, le Prince Impérial (1874), Chloé (1875) et même le romancier Alexandre Dumas fils (1869) qui, admiratif de ses œuvres, lui acheta Femme Nue en 1892.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :