Gabrielle Sidonie Colette 1873-1954

«L’homme trop occupé des femmes reçoit d’elles, un jour, sa punition.»
Colette .





Par Edward Steichen 1935

Colette était une femme douée.Elle a écrit plus de cinquante romans et beaucoup de nouvelles.Elle enchante ses lecteurs avec des histoires d’amour et de sexualité dans une societé dominée par les hommes.Elle était danseuse, actrice, et mime aussi, et elle avait un talent spécial pour causer les scandales! Elle avait des idées libérales sur la sexualité.Il y a beaucoup à découvrir au sujet de Gabrielle Sidonie Colette!
Ecolière aux tresses infinies, pantomine impudique, femme de lettres, amante sur le tard puis vieille dame à l’accent rocailleux aimant gourmander sa femme de ménage ramenant des asperges trop blanches… Nul n’a pu égaler le verbe de Colette lorsqu’il s’agissait de rendre la sensualité d’une fleur ou le parfum d’un fruit. Enfant rêveuse aux longs cheveux châtains, elle est initiée par sa mère à la beauté de l’aube, la rosée sur un pétale de fleur mais aussi à la littérature, aidée par la bibliothèque d’un père propice aux ‘livres interdits’. Certificat d’études obtenu, elle tombe sous le charme du corpulent et dégarni Henri Gauthier-Villars, dit Willy, qu’elle épouse. Celui-ci l’introduit dans les salons littéraires parisiens et s’aperçoit du potentiel littéraire de sa jeune femme qu’il contraint à écrire la série des ‘Claudine’. Signée ‘Willy & Colette’, nul n’est cependant dupe quand à l’identité de l’auteur à l’origine de ce succès. Divorcée et émancipée, Colette écrit ‘Mes apprentissages’, rapporte ses années de théâtre et de music-hall dans ‘Mitsou’ ou ‘La Vagabonde’. Puis elle entre journaliste au Matin, dont elle épouse le rédacteur en chef, Henry de Jouvenel, qui lui donnera une fille, Bel Gazou. Sur son papier bleu, à la lumière du fanal, elle trace ‘La Naissance du jour’, ‘Sido, les vrilles de la vigne’, hommage à sa mère, s’inspire de son jeune amant pour ‘Le Blé en herbe’, parle de son enfance dans ‘La Maison de Claudine’, de ses errances dans ‘Chambre d’hôtel’, ‘Gigi’ dont elle choisit personnellement Audrey Hepburn pour l’adaptation cinématographique. Entourée, elle a pour amis Jean Cocteau et Maurice Goudeket, qui devient le compagnon de ses vieux jours. Clouée dans un fauteuil par l’arthrose, Colette s’éteint dans son appartement du Palais-Royal en 1954.(Evene)
COLETTE.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :