Frida Kahlo 1907-1954

Colonne brisée 1944

Deux femmes nues dans la forêt 1939

Frida Kahlo a seulement peint cent quarante-trois peintures dont deux tiers d’autoportraits. Ce narcissisme s’insère parfaitement dans sa vie comme dans son temps : les grands ‘énigmatiques’ du XVIe siècle, Jérôme Bosch ou Bruegel l’Ancien sont ses peintres favoris. Comme eux, Frida ne montre pas ses blessures directement, qu’elles soient corporelles – celles qui ont été provoquées par les accidents et les maladies – ou psychologiques. Sa langue symbolique est faite de clés subtiles ; elle est riche de métaphores puisées au fond de presque toutes les cultures du monde. Les mythes fondateurs aztèques, les mythologies d’Extrême-Orient et antiques et les croyances populaires catholiques se mêlent au folklore mexicain et à la pensée de son époque, avec Marx et Freud.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :