John Currin 1962-

Doit-on penser aux Cranach, à Hans Baldung Grien ou à Albrecht Dûrer devant les peintures de John Currin?

The old fence 1999

The pink tree

The go see 1999

Three friends 1998

Les œuvres de John Currin relèvent d’un jeu sur le kitsch et les clichés, de références à la « mauvaise peinture » et d’un certain plaisir à l’avilissement des modèles, en même temps qu’elles témoignent d’une connaissance approfondie de l’histoire de l’art par des renvois constants aux peintres du passé (Cranach, Boucher, Fragonard, Courbet, Manet…). Sa peinture est motivée par la volonté d’interroger les notions antagonistes d’académisme et d’avant-garde. Ce métissage de styles et de références atteste la disparition de la grande tradition de la peinture mais affirme la vitalité de la pratique picturale actuelle qui trouve ses sources tout à la fois dans les chefs-d’œuvre anciens et dans les images produites par la culture contemporaine.
JOHN CURRIN.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :